Antennes-relais: le risque en débat

Publié le par NOUZILLE

>En matière de santé publique ,un problème fait actuellement débat celui des antennes relais de téléphonie mobile implantées un peu partout en France souvent au plus près des populations et notamment des écoles.

Les rapports de l'AFSSE (agence française de sécurité sanitaire environnementale ) 2003 2005 sont très controversés.En 2003,la Fondation Sciences Citoyennes et l'association Ovale ont donné une conférence de presse ,leur avis "les principes de l'expertise contradictoire n'ont pas été respectés et l'avis émis représente un point de vue unilatéral" (à lire la suite sur le sitewww.sciencescitoyennes.org/article.php3?id )

Les participants à cette conférence de presse André CICOLELLA, président de la fondation Sciences Citoyennes (co auteur du livre "Alertes Santé, Experts et citoyens face aux interêts privés", paru chez Fayard), Jacques Testard, le biologiste bien connu, Corinne Lepage présidente d'Ovale, ancienne ministre de l'environnement, Michèle Rivasi,biologiste, Pierre le RUZ  expert en champs électromagnétiques (coauteur avec Gautier, Santini, Oberhausen de "GSM  votre santé on vous ment" édition Marco Pietteur) et Lionel Brard ancien président de l'AFSSE.

En 2005, c'est l'actuel président de L'AFSSE Monsieur Paillotin qui a tenu des propos dicréditant les expertises de l'Afsse.Il aurait notamment déclaré "j'ai indiqué récemment à la direction générale de l'AFFSE que nos expertises ne tenaient pas devant une expertise juridique" ( à lire sur le www.priartem.com )

Huit députés émanant des différentes sensibilités de l'Assemblée Nationale ont déposé le 13 Juillet 2005 un proposition de loi "relative à la réduction des risques pour la santé des installations et des appareils de téléphonie mobile" Dans le préambule s'ils signalent "que les rapports officiels ne reconnaissent pas l'existence d'un risque pour les riverains d'antennes ...... à côté de ces rapports officiels d'autres publications révèlent des résultats et analyses beaucoup plus préoccupants" et ils citent certains de ces rapports.

Lors de la conférence de presse du 28 09 2005, ils ont expliqué leur position. Ils constatent que, face à l'incertitude scientifique, les gouvernements successifs ont décidé de s'abstenir d'agir  "après le scandale de l'amiante ,nous serions coupables si nous n'intervenions pas" ont ils déclaré. A  lire sur le site www.priartem.com

Vous pouvez écrire à votre député pour lui demander de soutenir ce projet de loi. Merci pour tous les riverains, face aux problèmes de santé qu'ils éprouvaient certains ont même du déménager.Est - ce normal? un mail envoyé par Marie-Hélène NOUVELLON

Commenter cet article