Nouvelles découvertes sur les effets des pesticides

Publié le par NOUZILLE

A l'occasion d'un colloque tenu en Avignon du 14 au 16 novembre à l'initiative du ministère de l'écologie, les chercheurs ont fait le point sur leurs travaux concernant les risques des pesticides dans l'environnement. Parmi les principales conclusions qui ont été présentées, on peut citer notamment:
-Les risques de volatilisation dans l'air des pesticides sont probablemet plus importants qu'on ne le croit: 6 jours après leur épandage, on peut retrouver jusqu'à 40% de la dose appliquée dans l'air ambiant! Cette concentration, souvent très locale, est corrélée avec la présence dans les eaux pluviales. Les associations agrées de surveillance de la qualité de lair pourraient donc être de plus en plus mobilisées pour mesurer ces pollutions locales, notamment autour des zones de vignobles, productions fruitières, etc..
-La persistance des pesticides dans les sols, mieux établie, est largement confirmée par de nouvelles études, notamment sur la présence importante de chlordécone dans les sols des bananeries aux Antilles, une substance pourtant interdite depuis plus de 10 ans...
-Les mélanges des herbicides avec des adjuvants (notamment pour la pulvérisation) changent les effets de persistance dans les sols et certains adjuvants peuvent également avoir des effets toxiques propres sur les organislmes vivants.
-Des recherches ont permis de construire des modèles de réactions toxiques des abeilles à la présence de certains pesticides. Des nouveaux tests de toxicité pourraient ainsi être mis au point afin de mieux prévoir ses effets et donc mieux tester les pesticides avant leur mise sur le marché (on sait que la toxicité de certains insectides sur la mortalité des abeilles a fait l'objet de nombreuses polémiques et études contradictoires ces dernières années).
-Des études ont révélé que certaines micro-algues, présentes dans les eaux de rivières, étaient moins sensible à un pesticide lorsqu'elles y ont déjà été exposées. En mesurant la sensibilité biologique des micro-algues dans l'eau, on pourrait donc établir une sorte d'historique de la pollution par certains herbicides et mieux gérer les ressources en eau, très affectées par ces résidus.
-Plus d'informations sur le site du ministère de l'écololgie (www.ecologie.gouv.fr) voir le colloque "Pesticides: comment réduire les risques associés?" novembre 2005, dossier et résultats des programmes de recherche.

Publié dans Pesticides

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article