Les maladies professionnelles restent sous-déclarées

Publié le par NOUZILLE

A lire l'article paru dans le journal de l'environnement rendant compte d'un rapport récemment mis en ligne d'un conseiller de la cour des comptes, Noël Diricq, au ministère de la santé ( www.sante.gouv.fr ) sur la sous-déclaration des maladies professionnelles, dont on sait qu'elle est massive, récurrente et finalement très coûteuse. Exemple: l'écart est enorme entre les cancers estimés d'origine professionnelle (probablement plus de 10 000 chaque année) et le nombre de cancers reconnus comme maladies professionnelles (environ 1400 en 2002).

Le rapport estime que cette sous-déclaration coûte entre 356 et 749 millions à la collectivité. Selon l'auteur du rapport c'est la rigidité du dispositif actuel de reconnaissance qui explique cette sous-déclaration, ainsi que la crainte des salariés de perdre leur emploi. Le rapport explique que «l’ensemble des connaissances permettant d’évaluer la sous-déclaration reste à ce jour lacunaire" que " la connaissance des effets pathologiques des modes de travail manque à la fois de l’étendue et de la précision qui la rendraient vraiment opératoire dans la protection de la santé publique.»

Le rapport Diricq est consultable sur le site du ministère de la santé (voir rubrique liens ci-contre) et l'article du journal de l'environnement est accessible sur le site de journal (voir rubrique liens ci-contre) ou à l'adresse web:
http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=21700&idThema=5&idSousThema=27&type=JDE&ctx=259

Publié dans Santé au travail

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article