Le Monde évoque le débat sur Reach

Publié le par NOUZILLE

La directive Reach divise la gauche européenne >>>LE MONDE | 14.11.05 | 15h31  •  Mis à jour le 14.11.05 | 15h31 >>BUREAU EUROPÉEN BRUXELLES>>> Défenseurs de la santé contre partisans de la compétitivité : une véritable guerre de tranchées se prépare au Parlement européen, où les députés se prononceront, jeudi 17 novembre, sur les contraintes devant être imposées à l'industrie chimique, afin qu'elle teste la toxicité des substances qu'elle produit. >>Dans un appel à ses collègues de gauche, le 11 novembre, le socialiste italien Guido Sacconi, rapporteur général du projet de directive Reach (qui désigne "l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques"), les supplie de "ne pas prendre de positions radicales" et de soutenir le compromis qu'il a négocié avec le Parti populaire européen (PPE, droite), et qui est contesté par les ONG et les syndicats. >M. Sacconi explique qu'il a "préservé le pilier central de Reach, à savoir l'inversion de la charge de la preuve", celle-ci devant désormais revenir aux industriels, et non plus aux autorités publiques. Mais les Verts, les communistes, et une partie des socialistes lui reprochent d'avoir fait trop de concessions sur le nombre de substances à enregistrer. >Monica Frassoni (Verts) voit dans ce compromis "les premiers effets de la grande coalition allemande" mise en place par la CDU et le SPD. Ce sont deux Allemands, Martin Schulz, président du groupe socialiste, et Hans-Gert Pöttering, président du PPE, qui l'ont entériné. >Au conseil des ministres de l'Union européenne, l'Allemagne, dont l'industrie chimique est la plus puissante du continent, a obtenu que le vote, prévu le 29 novembre, soit reporté en attendant la mise en place du nouveau gouvernement à Berlin. >>>Rafaële Rivais> Article paru dans l'édition du 15.11.05

Commenter cet article